samedi 17 décembre 2011

Quatorze minutes

Titre original: Fourteen Minutes
Édition originale : 1978
Mon édition : Inédi, 1982
287 pages

Résumé de l'éditeur :

L'Empress of Ireland disparut si bien de l'histoire qu'après un certain temps, même sa position précise devint incertaine. Elle fut plus tard réétablie par un plongeur indépendant.
Sa roue, sa cloche et son compas sont dans le musée maritime de Rimouski.
L'Empress of Ireland a coulé, à 4 milles du rivage dans 150 pieds d'eau, environ à 7 milles au nord-est de Pointe-au-Père. Il transporta pour la dernière fois 1012 hommes, femmes et enfants. Près de Pointe-au-Père, 88 victimes ont été enterrées dans un petit cimetière sur le bord de la route. Une simple pierre en guise de cénotaphe.
Le Saint-Laurent est encore une grande route de navigation car la Voie maritime conduit les navires au ports intérieurs des Grands Lacs dans le coeur du continent nord-américain. Mais, à part le paquebot de croisière, les grands navires de passagers ne viennent plus sur le fleuve. Au lieu de cela, les gros jets vrombissent au-dessus des têtes lors de leurs voyages vers Montréal et Toronto.
Dans un sens, l'obélisque à Pointe-au-Père marque la fin de l'histoire de l'Empress of Ireland. Pendant plusieurs jours après le désastre, le Saint-Laurent fit couler beaucoup d'encre à propos du paquebot et de son tragique effectif. Mais l'histoire allait tomber dans l'oubli avec l'arrivée de nouveaux événements. Un mois après le désastre, les rédacteurs du monde entier consultaient leurs atlas essayant de localiser une obscure ville marchande balkanique qui s'appelait Sarajevo. Cette ville marquait le début de la première guerre mondiale.

Mon commentaire :

Il y a quelques mois, ma mère rendait visite à sa tante. Alors qu'elle prenait un café avec elle, ses yeux se sont posés sur ce livre. Ma mère connaissait l'intérêt que je porte au naufrage de l'Empress of Ireland au large de Rimouski s'étant produit en 1914, alors elle a interrogé sa tante pour connaître la raison pour laquelle elle avait un tel livre en sa possession (sa tante ne lit pas beaucoup). Ma mère s'est alors fait répondre que c'était son fils qui en avait fait la traduction. Ma mère a demandé à l'emprunter, et c'est comme ça que cette vieille édition d'un livre reparu en 2000 m'est tombée entre les mains.
Comme prévu, j'ai été passionnée par le livre. Les récits de naufrages m'ont toujours fascinée, et celui de l'Empress of Ireland plus particulièrement car la tragédie s'est déroulée tout près de chez moi. J'en savais déjà assez long sur l'histoire, puisque j'ai visité le musée maritime du site de la Pointe-au-Père à quelques reprises depuis que je suis petite. De plus, je suis récemment tombée sur un livre de fiction jeunesse qui se passait dans le cadre de la tragédie de l'Empress.
Malgré tout, j'ai appris des dizaines de choses en lisant Quatorze minutes, car il résulte de longues recherches. J'ai adoré connaître le récit des personnes qui s'en sont sorties vivantes, lire où elles étaient au moment de l'impact et comment elles sont parvenues à sortir sur le pont avant que le bateau ne chavire et ne coule. J'ai aussi aimé connaître dans les détails les hypothèses qu'ont fait les avocats et les juges lors de la commission d'enquête quant aux événements qui ont mené à l'impact entre l'Empress of Ireland et le Storstad, le charbonnier norvégien. Je ne connaissais pas toute l'histoire. Je croyais naïvement que seul le brouillard avait causé l'accident.
Si vous n'avez pas peur des détails techniques et que comme moi vous êtes fascinés par les grandes tragédies maritimes, je ne saurais trop vous conseiller de lire ce livre (et de visiter le site maritime de la Pointe-au-Père si vous passez à Rimouski). De plus, ne vous en faire pour la traduction. Je peux sans doute sembler partiale, mais franchement elle n'est pas si mauvaise que ne le prétend lesmots sur Babelio. D'accord, ce n'est peut-être pas la traduction du siècle, mais elle rend parfaitement les détails techniques ainsi que l'histoire. Le livre n'avait pas non plus la prétention de faire de la petite prose fleurie. Ici, le contenu compte définitivement plus que le contenant, alors je vous encourage fortement à faire la découverte de ce livre !


5/26

2 commentaires:

Suzan a dit…

Un e histoire à lire, à découvrir. J'ai aussi beaucoup aimé ce livre. Mon humble billet: http://www.blogg.org/blog-80645-date-2011-09-08-billet-14_minutes__le_naufrage_de_l_empress_of_ireland-1350064.html#comments

Isa a dit…

@Suzanne : Bien d'accord avec toi ! J'avais lu ton billet il y a quelques mois et ça m'avait encore plus donné le goût de le lire !